Par Raffi Mussalian, Expert Satellite & Lanceurs


Radar Media Info Sud-Caucase : Nous avons beaucoup parlé des drones durant la seconde guerre du Haut-Karabagh, peut-on aussi considérer que les technologies spatiales ont joué un rôle et comment apprécier leur impact ?

Raffi Mussalian : Le nombre impressionnant de drones qui s'est abattu sur les Arméniens n’a pas été guidé par des satellites mais par des avions de type F16 pilotés par des officiers de l’armée turque. Les technologies spatiales n'ont donc pas participé directement au combat. Mais le satellite d'observation de la terre SPOT 7 que l'Azerbaidjan a acheté à la France a certainement servi à collecter les images satellitaires qui ont permis le repérage des cibles, c'est-à-dire une cartographie complète de l'Arménie et de l'Artsakh (Haut-Karabagh). 

 

 

En 2017, le journal The Guardian publiait une enquête sur le lobby de l’Azerbaïdjan, financé par le blanchiment d’argent : entre 2012 et 2014, trois millions de dollars sont sortis chaque jour du pays pour transiter vers quatre sociétés britanniques off shore (gérées de l’étranger). Cet argent a ensuite été dépensé dans divers pays, y compris l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l’Iran ou le Kazakhstan, pour acheter l’influence de personnalités du monde politique.